Article L519-1

Est intermédiaire en opérations de banque toute personne qui, à titre de profession habituelle, met en rapport les parties intéressées à la conclusion d’une opération de banque, sans se porter ducroire.


Article L519-2

L’activité d’intermédiaire en opérations de banque ne peut s’exercer qu’entre deux personnes dont l’une au moins est un établissement de crédit. L’intermédiaire en opérations de banque agit en vertu d’un mandat délivré par cet établissement. Ce mandat mentionne la nature et les conditions des opérations que l’intermédiaire est habilité à accomplir.


Article L519-3

Les dispositions du présent chapitre ne s’appliquent pas aux notaires, qui demeurent soumis aux dispositions législatives et réglementaires qui leur sont propres.
Elles ne visent pas non plus le conseil et l’assistance en matière financière.


Article L519-4

Tout intermédiaire en opérations de banque, qui, même à titre occasionnel, se voit confier des fonds en tant que mandataire des parties, est tenu à tout moment de justifier d’une garantie financière spécialement affectée au remboursement de ces fonds.
Cette garantie ne peut résulter que d’un engagement de caution pris par un établissement de crédit habilité à cet effet ou une entreprise d’assurance ou de capitalisation régie par le code des assurances.


Article L519-5

Les intermédiaires en opérations de banque sont soumis aux dispositions des articles L. 341-1 à L. 341-6, L. 353-1 et L. 353-2.


Article L341-1
Il est interdit à toute personne physique ou morale qui apporte son concours, à quelque titre et de quelque manière que ce soit, directement ou indirectement, à l’obtention ou à l’octroi d’un prêt d’argent, de percevoir une somme représentative de provision, de commission, de frais de recherche, de démarches, de constitution de dossier ou d’entremise quelconque, avant le versement effectif des fonds prêtés et avant la constatation de la réalisation de l’opération par un acte écrit dont une copie est remise à l’emprunteur.
Il lui est également interdit, avant la remise des fonds et de la copie de l’acte, de présenter à l’acceptation de l’emprunteur des lettres de change, ou de lui faire souscrire des billets à ordre, en recouvrement des frais d’entremise ou des commissions mentionnés à l’alinéa précédent.

Article L341-2
Il est interdit à toute personne de se livrer au démarchage :
En vue de conseiller ou d’offrir des prêts d’argent ;
En vue de recueillir sous forme de dépôts ou autrement des fonds du public;
En vue de conseiller la souscription de plans d’épargne prévoyant, même pour partie, l’acquisition de parts de sociétés civiles immobilières ;
En vue de proposer tous autres placements de fonds.
Sont notamment considérées comme placement de fonds les opérations mentionnées à
l’article L. 550-1.

Toutefois, n’est pas soumis à cette interdiction et reste régi par la réglementation qui lui est propre, le démarchage en vue de la souscription ou de l’achat de valeurs mobilières, de la souscription de contrats d’assurance ou de capitalisation, de l’achat de fonds de commerce ou d’immeubles, ou de parts de sociétés immobilières donnant droit à la jouissance d’un immeuble ou d’une fraction d’immeuble déterminée, ou en vue d’opérations sur les marchés à terme réglementés de marchandises.
Se livre au démarchage au sens du présent article celui qui, à l’une des fins mentionnées à l’alinéa premier, se rend habituellement soit au domicile ou à la résidence des personnes, soit sur leurs lieux de travail, soit dans des lieux ouverts au public et non réservés à de telles fins.
Sont également considérés comme actes de démarchage les offres de services faites ou les conseils donnés de façon habituelle en vue des mêmes opérations au domicile ou à la résidence des personnes, ou sur leurs lieux de travail, par l’envoi de lettres ou circulaires ou par communications téléphoniques.


Article L341-3

Toute propagande ou publicité faite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit à l’une des fins mentionnées au 1 du I de l’article L. 341-2 est réglementée dans des conditions fixées par décret, et doit notamment faire apparaître clairement le taux effectif global des prêts ou des emprunts, ainsi que les charges qui s’y trouvent comprises.

Article L341-4

Les interdictions édictées à l’article L. 341-1 et aux 1, 2 et 4 du I de l’article L. 341-2 ne sont pas applicables aux établissements de crédit, sous réserve qu’ils agissent dans le cadre de la réglementation qui leur est propre et qu’ils ne s’adressent qu’à des personnes majeures.
Toutefois, les démarcheurs qui interviennent pour le compte d’un établissement de crédit doivent, sous réserve des conventions internationales, être de nationalité française ou ressortissants d’un Etat membre de la Communauté européenne et porteurs d’une carte spéciale de démarchage délivrée par ledit établissement dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
Les dispositions de l’article L. 341-1 ne dérogent pas aux prescriptions imposées aux notaires par les textes législatifs ou réglementaires en vigueur. De même, les dispositions de l’article L. 341-2 n’interdisent pas aux notaires la recherche de fonds dans les limites de l’exercice de leur profession et conformément à des règles fixées par décret.

Article L341-5
Les dispositions du deuxième alinéa de l’article L. 341-4 ne sont pas applicables aux démarcheurs qui, pour le compte d’un établissement de crédit, proposent des contrats de financement de ventes à tempérament, à la condition que le nom de l’établissement prêteur et le coût du crédit soient mentionnés dans le contrat et que le montant total des agios perçus tant par cet établissement que par les intermédiaires corresponde au barème que l’organisme prêteur est autorisé à pratiquer par le comité des établissements de crédit et des entreprises d’investissement.
Dans tous les cas, l’emprunteur peut demander l’annulation d’un contrat passé en violation des dispositions de l’alinéa précédent.

Article L341-6

Les intermédiaires en opérations de banque peuvent, pour l’exercice de leur profession, formuler leurs offres de services par lettres ou prospectus, à condition que les nom et adresse de l’établissement de crédit qui leur a délivré un mandat soient mentionnés sur ces documents.

Article L353-1
Est puni d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de trois cent mille francs, le fait, pour toute personne, de méconnaître les obligations prévues aux articles L. 341-1 et L. 341-2 portant sur des opérations de banque.
Le tribunal peut, en outre, prononcer la fermeture, provisoire ou définitive, de l’entreprise dont l’une des personnes chargées de l’administration ou de la direction est condamnée en application du premier alinéa et assortir éventuellement sa décision de la nomination d’un administrateur ou d’un liquidateur. En cas de fermeture, les dispositions de l’avant-dernier alinéa de l’article L. 313-5 du code de la consommation sont applicables.

Article L353-2
Est puni d’une amende de trente mille francs, le fait, pour toute personne, de méconnaître les obligations prescrites au titre des opérations de banque à l’article L. 341-3, au deuxième alinéa de l’article L. 341-4 et au premier alinéa de l’article L. 341-5.
Est puni de la même peine le fait, pour le démarcheur, de ne pas restituer à l’établissement qui la lui a délivrée la carte d’emploi prévue à l’article L. 341-4, dans les vingt-quatre heures de la demande qui lui est faite par lettre recommandée.